Rencontre avec France Mitrofanoff

13063093_266346080375248_2358051694841846098_o

Depuis ses débuts dans les années 70, France Mitrofanoff n’a cessé de peindre. D’abord inspirée par le mouvement Cobra, avec ses créatures étranges, elle s’en dégage pour peindre dès Villes, constructions chaotiques où se cachent les habitants, ombres dissimulées derrière les murs. Plus récemment elle a porté son regard sur la nature, en particulier les arbres. France Mitrofanoff aime les profondeurs de là forêt tantôt sombre, tantôt blanche et lumineuse. Ses tableaux expriment le mystère de la vie dans une quête de l’inexplicable.

En attendant sa nouvelle exposition à Paris, à la Galerie Rauchfeld, intitulée ‘Le dialogue de l’arbre’, Karine Hetherington, d’artmuselondon, est allée la voir dans son atelier.

 

France Mitrofanoff, pourquoi avez-vous intitulé votre nouvelle exposition à la Galerie Rauchfeld: ‘le dialogue de l’arbre?’

Je travaille depuis plusieurs années sur la forêt. L’arbre  qui est notre refuge, puisqu’il nous abrite de la pluie , comme des rayons ardents du soleil,  m’intrigue car nous connaissons peu de chose sur lui. Dans son poème « le dialogue de l’arbre » Paul Valery donne la parole au Pâtre Tityre et au philosophe Lucrèce qui nous raconte le murmure du vent, le bruissements des insectes dans ses feuillures. Ce texte magnifique m’a incitée à donner vie a mes arbres en écrivant sur l’écorce des lambeaux  de ce poème.

Qui vous a inspiré ou qu’est-ce qui vous a décidé à vouer votre vie à la peinture?

Je n’ai pas choisi d’être peintre, je suis née peintre.

 Il est vrai que j’ai vu toute ma jeunesse mon père s’installer le dimanche avec ses peintures sur la table de la salle a manger et agrandir soigneusement une carte postale de Paris achetée le matin  même, s’isolant dans son univers  que personne n’aurait imaginé troubler.

Il nous a d’ailleurs laissé une collection des vues de Paris, parfois maladroites, mais empruntées d’une ambiance poétique et mélancolique qui me touche.

Une journée typique pour vous…?

Toutes mes journées se ressemblent. Je ne résiste pas au désir de me rendre aux Frigos (anciennes chambres froides de la SNCF transformées en atelier d’artistes et d’artisans). C’est là que se trouve mon grand atelier chargé de quarante années de peintures . Là m’attend ma dernière toile en cours de travail qui m’inquiète tant qu’elle n’est pas terminée.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment?

Je travaille toujours sur la forêt, mais je sens naitre un secret désir de retrouver un thème que j’ai a peine ébauché et que j’aimerai poursuivre : « les ruines envahies de nature ». 

On reste donc dans la forêt.

Etes-vous devenue mystique?

Si être mystique consiste a aller toujours chercher au-delà des apparences des vérités qui ne sont pas dites, des mystères cachés que l’on ne comprend pas avec l’intellect mais que l’on  subodore avec  l’intuition, alors oui je suis mystique. Pas au sens religieux, mais plutôt philosophique.

Avez-vous eu des moments difficiles dans votre carrière artistique? 

Je n’ai pas le souvenir d’avoir eu des moments difficiles sur le plan de la création .

Sur le plan matériel, des difficultés d’atelier m’ont permis de connaître des populations très diverses comme « les  gens du fleuve », ces personnes qui habitent sur des péniches et qui ne ressemblent en rien aux autres parisiens. Ne trouvant plus d’atelier bon marché j’avais acheté dans les années 90 une péniche, la Monique, datant de la première guerre mondiale, amarée quai Conti face a l’ile de la Citée sur laquelle j’ai installé mon travail de peintre. 

J’ai découvert , naïve comme je l’était que la Seine montait sur le quai en hiver au gré de différentes crues. J’ai compris très vite que la solidarité qui s’exprimait, alors, entre voisins de péniche n’était pas un vain mot.

 

Avez-vous accompli tout ce que vous voulez accomplir dans votre travail artistique?

Surement pas. On court toujours après une toile que l’on ne fera jamais. Seule la fin de la vie vous guérit de cette obsession.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune, qui souhaite se lancer dans la peinture?

Apprendre un métier qui demande les mêmes compétences techniques que celles de l’artiste et qui permette de s’assumer financièrement  afin de louer son atelier, acheter son matériel de peintre, et se nourrir. Les métiers de passion comme la peinture ne permette pas de vivre, il est  nécessaire d’avoir deux métiers si l’on veut rester libre dans sa création.

L’enseignement est une bonne réponse a ce problème.

Admirez-vous des peintres anglais? Qu’est-ce que vous avez vu comme exposition dernièrement à Londres?

L’histoire de la peinture est immense. Il y a dans chaque pays des artistes passionnants. En Angleterre j’admire surtout Francis Bacon et Henry Moore.

Le peu de temps passé a Londres cette fois-ci m’a permis de voir une jolie exposition à la Serpentine. Albert Oehlen que je ne connaissais pas.Une très mauvaise exposition de Olafur Eliasson au Tate Modern. Et William Blake, toujours impressionnant, au Tate Britain.

France Mitrofanoff expose à la galerie Rauchfeld, 22 rue de Seine, Paris 75006, du 24 janvier au 7 février 2020. (Vernissage le 23 janvier) 

France Mitrofanoff: https://bit.ly/2T5ZALB. France Mitrofanoff Whoozart tv

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s